Les témoins

Fleurus | Saint-Amand | Brye | Ligny | Sombreffe | Tongrinne

FLEURUS

L'Auberge de la Barrière

L'auberge de la Barrière se situait au numéro 10, chaussée de Charleroi à Fleurus, dans la direction de Fleurus-Sombreffe, à la sortie de Fleurus. Comme ce n'était plus qu'une ruine, elle a été détruite en décembre 1999.

Tandis que Napoléon fait aménager le moulin, le géomètre Simon, guide de l'Empereur, le conduisit à l'Auberge de la Barrière ( appelée également auberge Gailly ) où il prit une légère collation.

L'Auberge de la Barrière, une vieille demeure, située non loin du ruisseau de Plomcot, utilisée comme relais de poste, fut construite en 1791 par François Gailly


L'Auberge de la Barrière peu de temps avant sa démolition

Le 16 juin, l'Auberge se retrouve au milieu des lignes françaises. Des boulets s'abattirent sur la demeure, obligeant François Gailly à s'enfuir avec son épouse et ses cinq enfants dans la direction de Tongrinne, les chemins creux les protégeant des balles qui sifflaient à leurs oreilles, et dans le lointain…ils entendaient les cris de détresse des mutilés et des mourants.

Par ailleurs, suivant la tradition familiale, à son arrivée à Fleurus le 16, Napoléon aurait déposé son chapeau sur un meuble, soit " un cabinet " en ébène. Ce meuble existe toujours au sein de la famille Gailly. Il s'agit d'un meuble décoré d'écailles de tortue et datant du 18e siècle.

Le Moulin Naveau

Le moulin Naveau est situé à l'intersection de la chaussée de Charleroi et de la rue de l'Observatoire près du château d'eau à Fleurus.

Ce moulin est considéré comme ayant été l'observatoire de Napoléon pendant la bataille de Ligny. Ce moulin, situé en face de Ligny, aurait appartenu à un émigré français nommé Carpan ayant fait partie de la Maison de Marie-Antoinette.

Une plaque commémorative fixée sur la tour au dessus de la porte d'entrée et des deux premières fenêtres rappelle l'exceptionnel événement. Il y est indiqué: " Observatoire de Napoléon 16 juin 1815 ".

Le Moulin Naveau hier et aujourd'hui (avec à l'avant plan le monument aux trois victoires françaises de Fleurus)

En réalité, Fleurus n'assista qu'à distance aux sauvages assauts des troupes, mais la localité servit de poste de commandement à Napoléon.

Le moulin Naveau est avant tout considéré historiquement comme étant le moulin qui servit d'observatoire à Napoléon, lors de la bataille de Ligny le 16 juin 1815. C'est d'ailleurs à ce titre qu'il est principalement cité.

Le 16 juin 1815, vers onze heures, l'Empereur, venant de Charleroi, entre dans Fleurus et décide, après avoir pris une collation à l'auberge de la Barrière, de faire du moulin Naveau son observatoire.Les uns prétendent que l'Empereur fit pratiquer, par ses sapeurs, une brêche dans le toit à coups de hache ; les autres, qu'il se contenta de monter sur une plate-forme aujourd'hui détruite et qui occupait à peu près l'emplacement du balcon.

Deux vues représentant Napoléon au Moulin Naveau

La vue qu'on a actuellement de la plate-forme du moulin Naveau est assez étendue, et l'Empereur devait se rendre compte de tout ce qui se passait entre Ligny et Saint-Amand et même au-delà de ces villages. Toutefois, il n'en était pas ainsi en ce qui concerne la direction de Sombreffe.

La distance à vol d'oiseau séparant les moulins de Bry et Naveau est d'environ 3 kilomètres 800 mètres.

Nous reparlerons plus en détail par la suite de ce moulin de Bry.

Institut Notre-Dame

Ce bâtiment est situé rue de Bruxelles à Fleurus. Sa construction pourrait dater du XVIIIe siècle.

Durant la bataille de Ligny, le château de Zualart appartenant à l'époque à Frédéric-Joseph-Louis de Zualart, servit de Quartier-Général pour l'armée française.

Le fond du parc de l'Institut à gauche, orné de tilleuls, mérite le détour. Il a été modifié, mais a cependant gardé sa quiétude. Il y existe toujours une butte dont on dit qu'elle aurait supporté un observatoire à partir duquel l'état-major français aurait observé les positions prussiennes.

Au pied de cette butte, deux dalles en pierre sont abandonnées. Sur l'une d'elle est gravé: " 1815 Trouvé ici 1846 ". En fait, le boulet de canon qui y avait été trouvé et soudé en 1846 a disparu

Le Château de la Paix

Le Château de la Paix est situé chemin de Mons à Fleurus. Il fût bati à la fin du XVIIIe siècle par le chevalier de Paul de Barchifontaine.

Il apparaît tel qu'il était en 1815. Le cimentage grisâtre à l'avant réalisé au début du XXe le rend un peu triste mais son intérieur de l'époque mérite le détour et a été rénové. C'est une vaste habitation comme on en voyait autrefois avec sa façade crépie en blanc. Un parc ombragé et silencieux est situé à l'arrière. On y trouve des châtaigniers et des érables centenaires.

 

En 1958, une plaque commémorative a été apposée à l'entrée du Château de la Paix et ce, à l'initiative de l'Administration communale de Fleurus et de la société belge d'études napoléoniennes. Cette plaque rappelle cet exceptionnel passage de l'Empereur à cet endroit :

" Napoléon/ a établi son quartier général/ dans la nuit du 16 au 17 juin 1815/ après la victoire de/ Ligny sous Fleurus/ Société belge d'Etudes Napoléoniennes/ promoteur Théo Fleischman ".

La chambre où Napoléon a passé la nuit du 16 au 17 juin 1815 existe toujours. Cependant, cette pièce a été transformée et sert de bureau administratif aux employés de la commune. Le plafond est toujours d'époque. Le lit dans lequel Napoléon se reposa aurait été offert à la France, au Musée de l'armée, bien avant la deuxième guerre mondiale.

SAINT-AMAND

Ferme de " La Haye " - Le Lieutenant-Général Girard

La ferme de La Haye, rue de la Croisette, est un des plus anciens et des plus remarquables ensemble de Saint-Amand. Elle mériterait le classement. Déjà mentionnée en 1350, elle était alors un château formant un quadrilatère en briques et moellons calcaires blanchis, remontant au XVIIe siècle ( 1615 ) pour le logis et au XVIIIe siècle pour la plupart des dépendances. Elle était le siège d'une seigneurie sous l'Ancien Régime ( la plus importante du village ). Son nom provient de celui de ses seigneurs du XIV, XV et XVIe siècles.

Cette position fut âprement disputée le 16 juin 1815.

Le Lieutenant-Général Girard ( ne pas confondre avec le Général Gérard ) commande la 7e division ( environ 5.000 hommes ) du 2e Corps, dont le commandant en chef est le Lieutenant- Général Reille, lequel se trouve aux Quatre-bras.

Il est 15 heures 30, Girard se porte à l'attaque et s'empare du hameau de la Haye avec une de ses brigades en tenant la seconde en arrière.

BRYE

Moulin de Bry ou de Bussy

Il est surprenant de constater que depuis ces faits mémorables du 16 juin 1815, il n'y a pas le moindre souvenir, rien n'indiquant son emplacement, soit une plaque commémorative ou des indications touristiques permettant de le situer exactement.

Bien au contraire, sur certaines cartes militaires ou plans de la bataille de Ligny en 1815, le moulin est situé à différents endroits !

Et pourtant, le moulin de Bry qui sera également appelé de Bussy, Dewinter ou encore Decoster a autant d'importance que celui de Fleurus. C'était l'observatoire de Blücher le 16 juin 1815 !

Ce moulin fut également le lieu de la rencontre du feld maréchal Blücher et du duc de Wellington venu des Quatre-Bras le 16 juin vers 13 heures.



Le 11° Hussard Prussien au Moulin de Bussy


LES TEMOINS
La bataille | Les témoins | Documents | Cartes

Date de dernière mise à jour :
Copyright© Les Amis de Ligny 2001-2003
Tous droits réservés®