Le Champ de bataille

LIGNY 1815 - promenade balisée

Cliquer ici pour découvrir la carte interactive

Vous êtes en un lieu historique, épicentre d'un combat acharné qui opposa les Français commandés par l'Empereur Napoléon en personne et les Prussiens à la tête desquels se trouvait le feld-maréchal Blücher ("Vorwarts"). C'était le 16 juin 1815, deux jours avant Waterloo.

La promenade vous fera mieux comprendre le cours des opérations qui aboutirent à la Dernière Victoire de Napoléon, événement qui inscrivit à jamais Ligny dans l'Histoire. Vous découvrirez la douce vallée de la Ligne et l'habitat de la Hesbaye namuroise.

A partir de points de vue exceptionnels, vous embrasserez le théâtre des opérations dont l'objectif était Ligny, c'est-à-dire les mouvements français au départ de Fleurus, l'occupation du village par les Prussiens et leurs voies de retraite. Les combats de Saint-Amand et les points stratégiques de Fleurus et de Sombreffe feront l'objet d'un complément de promenade qui vous fera connaître cet exceptionnel champ de bataille de 8 km de développement et qui, aujourd'hui encore, est parcouru et étudié par les grandes écoles de stratégie du monde entier.

Avertissement: vous emprunterez essentiellement des chemins ruraux praticables mais dont l'accès par mauvais temps sera facilité si vos chaussures sont adaptées à la végétation haute et à quelques rares passages humides. Le parcours est accessible aux vélos tous terrains et aux cavaliers.

Les balises sont des panneaux hexagonaux sur lesquels y est apposé l'aigle impérial flanqué de 18 à gauche et 15 à droite ainsi que le lieu ou le site ou l'édifice qui s'y rapporte

Centre Général Gérard

Vous faites face à une très ancienne ferme dont certaines parties remontent au 17e siècle. Lors de leur rachat par le Syndicat d'Initiative et de Tourisme de Ligny en 1976, les bâtiments se trouvaient dans un état désolant. Classés et entièrement rénovés, ils hébergent le Musée napoléonien.

C'est le Centre Général Gérard, du nom d'un des grands vainqueurs de Ligny, le comte Maurice Gérard, général puis maréchal de France et Pair de France, né à Damvillers en Lorraine en 1773. Après être intervenu en Belgique en août 1831 lors de la campagne des 10 jours contre les Hollandais, il s'illustra au siège d'Anvers en 1832.


Le Général Comte Gérard

Stèle à la mémoire du Général Le Capitaine
tué durant les combats du 16 juin

Quittant la cour intérieure du Centre Général Gérard, vous prenez le chemin à gauche (rue de la Coyaute). Franchissez l'ancienne ligne de chemin de fer qui reliait Gembloux à Fleurus-Tamines. Gravissez la côte. Après quelques centaines de mètres, abordez une bifurcation en T. Tournez à droite et parcourez encore quelque 200 mètres. Vous arrivez à la hauteur de la balise "la Cornaille".

La Cornaille

Vous êtes au sud de Ligny que vous surplombez. Vous occupez la ligne de crête de la Ligne, ruisseau qui traverse le village. Imaginez-vous le 16 juin 1815 en début d'après-midi. Sur toute la longueur de ce solide chemin, des dizaines de pièces d'artillerie sont prêtes à faire feu sur les Prussiens retranchés dans Ligny. Les positions françaises sous les ordres du général Gérard - la 12e division d'infanterie du lieutenant-général baron Pecheux et la 13e division d'infanterie du lieutenant-général baron Vichery face au N.O .- vont donner l'assaut. Elles sont arrivées sur place par la route de Fleurus à Tongrinne tandis que la 14e division d'infanterie en position au N.E. commandée par le maréchal de camp Hulot portera son effort sur Tongrenelle et Potriau. Cette division est passée avec la division de cavalerie du Lieutenant-Général Maurin, en position à la hauteur des Quatre-Bras de Ligny (anciennement La Croisette de Ligny), aux ordres de Grouchy. Celui-ci avec le concours de la cavalerie de Pajol et des Dragons d'Exelmans immobilisera le III° Corps Prussien de Thielmann. C'est de ce point haut que les Français opérèrent une attaque généralisée sur le village défendu maison par maison par la 4e brigade du comte Henckel von Donnersmarck, du 1er Corps prussien.

A gauche : chemin consuisant vers la Cornaille et à droite, Ligny vu de la Cornaille

Poursuivez votre chemin jusqu'à la grand-route (RN 273 Chastre-Denée) que vous franchirez avec précaution. Vous apprécierez ces magnifiques campagnes balayées par le vent qui comptent parmi les plus riches du pays. C'est dans cette zone que des prospections et des exploitations de fours à chaux, de minerai de fer et de plomb ont été effectuées au 19e siècle. Du point de vue stratégique, ce chemin rectiligne fut un précieux atout pour Napoléon pour acheminer facilement troupes et matériel en surplomb de Ligny.

Chapelle N.D. Consolatrice des Affligés

Au croisement de la rue de la Tombe, se dresse la ferme de la Tombe (postérieure aux événements de 1815) dans la cour de laquelle est dressée la remarquable chapelle dédiée à N.D. Consolatrice des Affligés datée de 1781 et qui naguère était en bordure de route. Si les grilles de la ferme sont ouvertes, allez saluer ce magnifique édicule parfaitement préservé. Remontez la rue de la Tombe à gauche, parcourez 200 mètres et tournez à droite par le chemin agricole.

La Tombe

Vous allez atteindre un des témoins les plus anciens de l'histoire de Ligny, la Tombe. C'est la surélévation de terres de culture que vous distinguez à votre droite. Ce sont les vestiges d'un tumulus qui était bien plus élevé dans le lointain passé mais dont le temps et l'érosion ont arasé de manière très sévère.

La Tombe était, en fait, la sépulture d'un ou des seigneurs de l'époque gallo-romaine ou même postérieure. Les fouilles du début du 20e siècle ne permirent pas de découvrir un trésor funéraire mais confirmèrent l'origine très ancienne du tumulus.

La Tombe fut un des observatoires de Napoléon d'où il a conduit les manoeuvres décisives de la bataille de Ligny. Tout comme elle avait accueilli le maréchal de Luxembourg lors de la fameuse bataille dite de Fleurus qu'il livra au prince allemand de Waldeck en 1690.

Poursuivez votre chemin sur 300 mètres environ et vous arrivez à la rue de Fleurus (au Tienne). Tournez à droite. Vous empruntez la route asphaltée assez étroite mais d'un charme total.

Chapelle N.-D. de Hal

A votre gauche, une vénérable chapelle (potale) dédiée à N.D. de Hal, bordée de deux grandes aubépines. Mentionnée sur la carte de Ferraris (18e siècle), elle a été restaurée par une association locale S.O.S-Ligne Nature et Village en 1981.

Franchissez le pont du chemin de fer et au carrefour vous pouvez faire un choix: vous prenez à droite vers la rue Haute, vous parcourez 50 mètres et vous découvrez le site de Ligny-Plage (ancienne carrière de Moriamé) ou vous continuez tout droit et vous empruntez la rue Emile Vandervelde vers le château féodal.

Ancienne carrière de Moriamé (Ligny-Plage)

Ancienne carrière (dite de Morialmé, du nom d'un de ses anciens exploitants), elle cessa toute activité avant 1914 et fut envahie par les eaux. Son environnement exceptionnel en fait une véritable oasis de paix. Sa dénomination quelque peu touristique est héritée des années 50 lorsqu'une infrastructure légère (café, piscine, jeux) accueillait un grand nombre de visiteurs en quête d'un divertissement démocratique. Après une restauration complète par S.O.S.-LIGNE Nature & Village qui l'occupa pendant 10 ans, le site est actuellement à destination commerciale.

Revenez sur vos pas et prenez à droite vers la rue Vandervelde.

LE CHAMP DE BATAILLE
Les Amis de Ligny | Le champ de bataille | Le Premier Chasseur | Le musée | Le Centre Général Gérard | Les journées napoléoniennes

Date de dernière mise à jour :
Copyright© Les Amis de Ligny 2001-2003
Tous droits réservés®