Le Centre Général Gérard

Venant de Tamines et se dirigeant vers Sombreffe, le voyageur contourne le village de Ligny sans le traverser vraiment. Après plusieurs virages appuyés, laissant le magnifique canon "Le Formidable" sur sa gauche, il va se trouver, quelques centaines de mètres plus loin, face au Centre Général Gérard, remarquable fermette superbement rénovée, exemple des bâtisses agricoles de la Hesbaye namuroise et témoin des combats du 16 juin 1815.

Hébergeant le Musée napoléonien, les activités du Syndicat d'Initiative et de Tourisme de Ligny et un restaurant ("Le Coupe-Choux"), le Centre Général Gérard porte en lui l'histoire de ces nombreuses exploitations qui assuraient l'essentiel de l'approvisionnement de la population locale, qui ont évolué dans leurs structures et dont on garde des traces dans les documents d'époque.

Distingué par l'inventaire du patrimoine architectural de l'arrondissement de Namur, le bâtiment se présente comme "une petite ferme clôturée avec logis construit au XIXe siècle en maintenant des pans de murs en moellons et les petites fenêtres à linteau droit sur montants à chaînage de la façade arrière d'une maison du XVIIe siècle. Grange en long du XIXe siècle dont la base en moellons percée d'une porte cintrée en pierre bleue, date aussi du XVIIe siècle."

Le Centre Général Gérard

Un coup d'oeil historique

Lambert DENIS, historien du village, cite parmi les fermes de Ligny la cense Dupont fort probablement située à l'extrémité de la rue Harzée, à l'entrée de la rue Pont Piraux, qui s'est appelée par la suite ferme Mouchet, du nom de la famille qui en fut propriétaire pendant une grande partie du siècle dernier. Elle fut exploitée par Joseph Berwart à qui succéda, en 1926, Jules Frennet qui cultivait 46 hectares de terres et 2 hectares 42 ares de prairies.

D'autres documents, antérieurs, mentionnent cette ferme. Un acte établi par le notaire Quairé le 6 juin 1774 à Fleurus stipule expressément la "cense de Paul Dupont" tandis que le 16 décembre 1783, les héritières du nommé Paul Dupont et de son épouse Marie Françoise de Jardin, Marie Joachime Dupont veuve de Joseph Parmentier, Marie Joséphine Dupont, jeune fille, Marie Natalie Dupont veuve de Jean-François Lekeux et Marie Louise Dupont épouse de Jean-françois Vincent, offrent en vente le bien familial.

L'annonce officielle fait état d'une "ferme avec cour, jardin, écuries de chevaux et vaches et autres bâtiments avec une petite prairie et grange". Il est dit plus loin qu'un pigeonnier coiffe la porte et que "les arbres qui se trouvent vis-à-vis de la cour joindant au grand chemin restent au profit des exposants".

La vente a lieu le 15 janvier 1784, s'effectue selon la forme de la vente publique en plusieurs lots. Le compte rendu - passionnant - qui en est fait voit évoluer les stratégies et envoler les enchères. Finalement, l'ensemble des biens immobiliers est adjugé pour le prix de 6020 florins à Pierre François Vincent de Vieille-Maison sous Sombreffe.


Cour intérieure - Restaurant "Le Coupe-Choux"

Lors de la bataille de Ligny, des destructions considérables ont été infligées aux biens et aux cultures des habitants. Consultant certains documents relatifs aux dommages, l'on relève, par exemple, que les sommes déclarées à titre de pertes de récoltes par la veuve Pierre Vincent et Jean Louis Vincent sont respectivement de 1.073 francs et 4.528 francs.

Si les documents manquent pour établir que la ferme a été brûlée ou sévèrement endommagée le 16 juin 1815, l'expertise du bâtiment apporte des éléments d'appréciation qui permettent d'affirmer qu'il a été remanié profondément au XIXe siècle.

Ce qui, par contre, était plausible, c'était la fonction d'ambulance qu'a joué l'immense grange de la ferme. En effet, les chirurgiens des armées réquisitionnaient systématiquement ces vastes bâtiments pour secourir la multitude de blessés et de mutilés et leur garantir un minimum de confort dans leur douloureuses épreuves.

Il reste à déterminer très précisément quand le fermier Mouchet prit possession de la ferme Vincent. Lambert Denis précise qu'il l'exploitait au cours de la majeure partie du XIXe siècle. Quant à Joseph Berwart, il prit effectivement la succession de la famille Mouchet, à titre de locataire après la fin de la Première Guerre mondiale. Il fit construire une nouvelle ferme rue Lucien Ponlot pour l'occuper en 1926. Jules Frennet acquit la ferme cette année-là, l'habita et l'exploita. Elle fut ensuite louée au fermier Alfred Lebrun pour l'usage exclusif des bâtiments agricoles, l'occupation du corps de logis étant répartie entre Sylvie Frennet et la famille de Ettore Giovanola arrivée d'Italie en 1947. Le dernier occupant de la ferme fut Louis Stévenart, employé de la ferme Lebrun. Laissée à l'abandon, elle se dégrada très rapidement et fut vendue au Syndicat d'Initiative de Ligny en novembre 1976 pour la somme de 2.156.665 francs.

Les bâtiments ont été classés.

Cour intérieure - Vue du musée

Une restauration exceptionnelle

La restauration totale du bâtiment en ruines a duré plus de 15 ans. Lorsque Léon Ruquoy, président du Syndicat d'Initiative, l'inaugura lors du 1er week-end de juin en 1991, il salua la fin d'une entreprise qui lui valut des ennuis sans fin mais aussi les efforts consentis par les pouvoirs publics nationaux et régionaux qui ont subventionné la restauration et les équipements.

Le bâtiment actuel a été restauré de manière parfaite, dans le plus pur respect des lignes architecturales originelles. Néanmoins, en y regardant de plus près, les techniques les plus modernes ont été mises en oeuvre. La salle de conférences en est un exemple accompli. Non seulement les espaces ont été calculés au mieux des souhaits des spectateurs mais la charpente tridimensionnelle attribue à cet espace culturel une allure vraiment contemporaine. Idem pour la salle de restaurant, les éclairages, les commodités. Le Syndicat d'Initiative dispose ainsi d'un outil de tout premier ordre

CENTRE  GENERAL GERARD
Rue Pont Pirau 23
5140 Ligny

Tel 071-88.80.57
Fax 071-88.90.51

Heures d'ouverture:
du 15 mars au 31 octobre tous les samedis et dimanches, de 14 à 16 heures

LE CENTRE GENERAL GERARD
Les Amis de Ligny | Le champ de bataille | Le Premier Chasseur | Le musée | Le Centre Général Gérard | Les journées napoléoniennes

Date de dernière mise à jour :
Copyright© Les Amis de Ligny 2001-2003
Tous droits réservés®